Aller au contenu

Avec mon travail je veux apporter la tranquilité

« Avec mon travail je veux apporter la tranquilité »

Les peintures d’Anita Fleerackers sont abstraites et animées par la couleur.

Pixellisme !
Pixellisme ! © Anita Fleerackers

« Nous vivons dans un monde trépidant, avec des éléments souvent négatifs. Avec mon art, je veux créer la paix, de sorte que lorsque les gens rentrent chez eux, ils trouvent un point de repos dans mon œuvre, dont ils peuvent profiter pleinement. Qu’une de mes œuvres soit autorisée à faire partie du cadre de vie intime des gens, j’en suis très honoré. » Les ambassadeurs sont allés rendre visite à l’artiste Anita Fleerackers, de Gierle près de Lille, et ont découvert une personnalité passionnée, quelqu’un qui est très contente de pouvoir faire ce qu’elle a toujours tant voulu faire depuis son enfance : créer.

Anita Fleerackers a suivi une formation à l’Académie royale des Beaux-Arts d’Anvers et est depuis lors une artiste professionnelle depuis plus de 25 ans. Son travail n’est pas passé inaperçu ces dernières années. Elle a remporté le premier prix Davidsfonds Lichtaart en 1992 et a reçu le prix VRIKA de l’Académie royale des Beaux-Arts d’Anvers en 1995. En 1998, l’artiste a reçu le Prix Libr’Art Libramont et elle a été finaliste du XIX Concour Nacional De Ceramica l’alcara (Espagne) en 1999. En 2009, elle a été finaliste de la Biennale de Florence. L’artiste peut fournir une liste impressionnante d’expositions dans son pays et à l’étranger auxquelles elle a participé, et elle a également exposé dans de nombreuses galeries d’art nationales et étrangères. Son œuvre s’est retrouvée dans de nombreuses collections privées à travers le monde.

Anita Fleerackers : « Dans mes sculptures, j’essaie surtout de représenter le mouvement. Je m’inspire de ce que je vois dans la nature et autour de moi : les mouvements d’un couple de danseurs au rythme d’un tango ou d’un flamenco, un taureau rassemblant toute sa force dans les muscles de son cou, prêt à attaquer, un cheval féroce galopant dans la prairie,… »

Anita Fleerackers
Anita Fleerackers

Anita Fleerackers dépeint ces mouvements dans des images stylisées et minimalistes, prenant le couple dansant, le taureau féroce, le cheval au galop,… à leur essence et saisit leur mouvement en quelques lignes seulement. Cependant, les sculptures restent figuratives. Ils sont créés en argile, puis cuits et émaillés ou coulés en bronze.

Pixelisme

Anita Fleerackers réalise également des peintures. À l’aide de peinture à l’huile (et avec une patience angélique), elle applique de minuscules carrés couche après couche sur du lin épais, des pixels manuels comme l’artiste appelle ces carrés, tout comme une photographie numérique est également composée de milliers de pixels.

Anita Fleerackers : « C’est chaque fois un exploit, mais quand je vois mon tableau, je suis satisfaite. Je suis comme ça, têtu, mais correct. Je ne m’assieds pas sur mon cul paresseux. »

Anita Fleerackers : « Mélanger les couleurs, couche après couche, apprécier les innombrables variations de rouge et de vert et de jaune et de bleu, avec un peu de blanc en plus. Créer de la lumière et de la profondeur, rêver et s’émerveiller, avoir le droit d’être là, être heureux, mais aussi persévérer et ne pas se laisser distraire. Que faut-il de plus ? »

Si Anita Fleerackers est arrivée là où elle est aujourd’hui, c’est grâce à son travail acharné et persévérant. Elle avait beaucoup d’enjeux pour réaliser son rêve. Elle a construit elle-même son premier four de cuisson.

Anita Fleerackers : « Je viens d’une famille nombreuse et lorsque le boulanger du village a démissionné, mon père a repris le four à bois pour le reconstruire à la maison afin de cuire notre propre pain pour notre famille. Cependant, cela ne s’est jamais produit. Quand mon père est tombé malade, on m’a confié les briques. Je n’ai pas construit de four à pain avec eux, mais j’ai construit un four à céramique, grâce à la thèse de mes professeurs décrivant comment construire un tel four. C’était un four qui demandait beaucoup de travail et il fallait rester avec lui pendant la cuisson. Il se trouvait au fond du jardin et, à chaque fois que je cuisais un tableau, un barbecue était au menu pour les enfants, ce qui me permettait de continuer à alimenter le four en bois en même temps. Vous pouvez parier que mon fils et ma fille ont pensé que c’était un régal à chaque fois. » (NV)

Ambassadeurs – volume 9 – numéro 16 – juillet 2015 Ambassadeurs.be

Partagez ce message: